Accueil / Livre d'or

Signer le livre d'or

* : champs obligatoires

Il y a 13 messages

  • Perrine a dit le Jeudi 27 Septembre 2018 :
    La nouvelle du décès d’un homme me pousse à venir témoigner ici aujourd’hui. Je l’avais découvert il y a une dizaine d’années via l’objectif de personnes qui me sont inconnues. Aucun critère ne poussait à le mettre en lumière ; si ce n’est peut être pour une caricature. Ils ont su le trouver, le voir pour ce qu’il était, le rencontrer et nous présenter le coeur de cet homme. Ils ont fait un tel travail qu’à travers ce documentaire on avait l’impression de marcher à ses côtés, d’être assis à sa table, de recevoir son sourire de connivence. Invité par la suite à l’Elysée, ce vieil homme avait connu non pas son heure de gloire car il n’avait attendu personne pour briller mais un rayonnement aux yeux du monde entier qui a perduré pendant une dizaine d’années jusqu'au jour de son décès. Aujourd’hui je prends conscience de la chance que j’ai eu d’être chamboulée par cet homme grâce à ces inconnus qui ont su s’arrêter sur lui, que personne ne regardait, aller à sa rencontre et l’écouter afin qu'il nous livre sa substantifique moelle, celle de sa vie ; celle de la Vie. Je ne les ai pas remercié et ne le pourrais peut être jamais mais je peux le faire vis à vis de celle que j’ai découvert il y a quelques mois. Mathilde fait partie de cette catégorie des gens de l’ombre, qui s’efface pour mettre en lumière. Transportés au coeur même de la scène, nous ressentons et vivons l’instant comme si nous y étions. Nous voilà confrontés à des émotions, nos émotions. Ce que nous voyons nous questionne, ce n’est pas Mathilde, elle n’aurait pas cette prétention, chacun sa vie, sa vision ; chacun dans sa liberté. Dans cette galerie virtuelle, elle nous expose simplement son travail, son univers, ses photos font le reste ; elles sont d’incroyables communicantes. C’est cela sa singularité. Son angle de vue. Pas d’un point de vue technique mais du point de vue du coeur. A l’ère où les photos s’étalent sur les réseaux sociaux et que les plus beaux clichés finissent sur papier glacés, Mathilde a su non seulement faire évoluer le métier de photographe mais avant tout l’a ressuscité. Nous en avions oublié ce qu’il était. Ce n’est pas sortir son appareil et dégainer à tout va, ce n’est pas capturer pour avoir des preuves, ni même pour produire de belles images. Non. Mathilde a compris que c’était s’intéresser au monde dans lequel nous vivons ; à notre environnement et non à soi. Cela implique une ouverture, au-delà de celle du diaphragme il est question de celle du coeur, une observation et une compréhension de la vie. Cela ressort à travers toutes ses photos. Elle excelle dans des oubliés plus que dans des portraits mais l’humain ou plutôt l’humanité est bel et bien présent sur ses photos. Elle a su aller dans ces lieux désafectés, pour la plupart des repoussoirs où il n’y a que des tas de ferrailles mais elle, elle y voit des tas d’âmes. Elle ne surfe pas sur ce mouvement urbex, elle était là bien avant, et elle sera là bien après, car elle y a vu de la beauté et « la beauté échappe aux modes passagères » comme le citait Robert Doisneau. Il disait aussi « suggérer c’est créer », l’humain est là partout dans ses scènes désertiques, soulevant notre questionnement sur la mort et la vie ; sur l’Humanité. C’est ça sa différence, sa singularité, son talent. Elle met son coeur au service du coeur des hommes. C’est plus qu’un métier, plus qu’une passion : une vocation. Ces gens là sont d’un autre calibre, d’une autre trempe. Ce n’est pas un heureux concours de circonstances mais bel et bien une reconnaissance amplement méritée pour elle et son travail d’avoir été distinguée par les plus hautes instances de l’Etat. Ce prix Territoria d’Or vient la récompenser d’un projet commun au service des autres ; la définition même de sa personnalité.
    Après qu’elle ait parcouru la France et l’étranger, c’est une grande fierté, en tant que Normande, de la savoir non seulement originaire d’ici mais avant tout une grande richesse de la savoir de retour au pays. C’est un immense gain pour notre patrimoine, un immense gain pour notre population, un immense gain pour notre région. Alors un grand Merci à Mathilde pour son lumineux travail de l’ombre et longue vie à Mauha Photographie !
  • Belle Maman a dit le Lundi 22 Janvier 2018 :
    12345
    sublime ,j adore....toujours une préférence pour les oubliés
  • Sylvie a dit le Lundi 1 Juin 2015 :
    Un joli regard, de belles émotions continue de nous emmener dans ce beau voyage photographique...
  • Primavera a dit le Dimanche 31 Août 2014 :
    Superbe site ! Je n'ai pas encore pris le temps de tout regarder (je reviendrai, c'est sûr) mais j'aime déjà beaucoup ce que j'ai vu ! Quel œil... difficile de rivaliser... Continue !
  • Catie a dit le Dimanche 29 Juin 2014 :
    12345
    Je viens de refaire une magnifique balade sur ton site. Bravo pour toutes ces superbes photos. Tu sais attraper les lumières! J'aime particulièrement ta série "Lost". Ces vieux bateaux sont très impressionnants.
    Surtout, continue!!!
  • Lili a dit le Dimanche 25 Mai 2014 :
    12345
    Que l´on doit être heureuse de capter tant d´émotions! Le "Carnet de campagne" a retenu mon regard en premier :smile:. "Inconnu à cette adresse" et "Destroy" on été mis en musique par F. Cabrel dans sa "Carte postale". Tes clichés sont si parlants que j´ai les odeurs de métal, de poussière ou d´humidité qui me sont montées aux narines: impressionnant! La contemplation de tous ces sites abandonnés me fait conclure par une phrase mémorable de Frank: "Quel perdu!". Bisous Lili
  • Frédéric Coignot - CousPhotoDijon.com a dit le Jeudi 27 Mars 2014 :
    12345
    Un petit régal ce site ! J'aime beaucoup ton coup d’œil et ta manière de montrer des détails ou des environnements de manière un peu "décalés". Cela dénote un vrai "regard" et pas juste un "déclenchement non contrôlé".
    Tu sais "regarder" les choses et en plus tu sais les montrer ! Tout à fait ce que j'aime :wink:
    Bravo !
  • francoise a dit le Jeudi 27 Mars 2014 :
    De gens ou de natures dites mortes,ces portraits sont superbes et crient la vie. Magnifique !
  • Paulinette a dit le Mardi 25 Mars 2014 :
    Mathilde, merci pour ces albums, chargés d'émotions, j'adore particulièrement les albums des oubliés, wahoo ! où as-tu trouvé ces bateaux, je suis impressionnée, merci Mathilde !
  • StephanP a dit le Mardi 25 Mars 2014 :
    Hello
    M. Bravo pour ce site dans lequel la lumière l'emporte sur le blabla. C'était un plaisir de croiser ta route sur ce projet de livre.
    En te souhaitant bonne continuation,
    Amicalement,
  • remi guillaumeau a dit le Lundi 24 Mars 2014 :
    la qualité de ces photos, c'est la profondeur de temps. Il y a des échos d'art rupestre dans cette mythologie de machines dévorantes et déchues: des signes que nous envoient des êtres humains dévorés par le temps.
  • Monteillard a dit le Dimanche 23 Mars 2014 :
    12345
    C'est tout simplement superbe !

    Clairouille.
  • Laurent Poisneuf a dit le Dimanche 23 Mars 2014 :
    Elle bosse bien la môme Mathilde!!
Nombre de pages vues (miniatures ou images) : 348915
Consultations des 10 dernières minutes : 3
Nombre de pages vues des 60 dernières minutes : 3
Nombre de consultations d'hier : 43
Nombre de visiteurs des dernières 24h : 19
Visiteurs des 60 dernières minutes : 2
Visiteur(s) récents: 2